Test du Phoenix DRY

Même si il n'est pas totalement obsolète, cet article a été écrit il y a 6 ans. Gardez ça à l'esprit lors de sa lecture...

PariVape.fr m'a proposé de tester l'atomiseur reconstructible Phoenix DRY. Le principe du dry étant trop contraignant à mon sens, je n'aurais jamais acheté d'atomiseur de ce type. Mais, l'occasion étant là, j'ai accepté la proposition.

Pour rappel, le dry consiste à déposer régulièrement quelques gouttes d'eLiquide sur la résistance d'un atomiseur dépourvu de réservoir. L'avantage (théorique) est d'avoir un atomiseur suffisamment alimenté en permanence et, par le fait, d'avoir un bon hit et rendu des saveurs toujours au top. L'inconvénient est qu'il faut se trimbaler en permanence avec sa fiole d'eLiquide dans la poche et la sortir toutes les 5 min... Ce n'est pas trop contraignant à la maison mais ça reste inenvisageable (pour moi) à l'extérieur.

A la réception du courrier je déballe et inspecte la chose... L'atomiseur n'est pas spécialement joli ni spécialement moche. Il reste dans la moyenne des constructions chinoises. Son diamètre extérieur est identique à celui des eGo, cela permet d'avoir un truc pas trop tape à l'oeil lorsqu'on utilise ce type de batterie. Même si, à la maison, on fout du regard des autres. Le drip-tip se démonte et se remonte facilement mais reste bien en place. A moins d'être totalement négligent, aucun risque de le perdre, un premier bon point! L'accès au couple mèche/résistance est aisé et le volume dédié est suffisamment dimensionner pour espérer y placer des montages qui sortent de l'ordinaire. De chouettes expériences en perspective, un second bon point!

Phoenix DRY
Phoenix DRY

Je décide de tester la chose tout de suite... Je sais, par expérience, que les montages d'origine du couple mèche/résistance sur les atomiseurs reconstructibles sont de piètre qualité. Ou, pour être plus juste, ne me satisfassent jamais. Mais je souhaite tout de même tester tel quel, on n'est pas à l'abri d'une bonne surprise. Je sors mon Halo Turkish 12mg et dépose une dizaine de gouttes sur le couple mèche/résistance puis j'attends quelques minutes pour que la mèche s'imbibe correctement. Je visse le Phoenix sur mon Vamo réglé sur 9.5W. Je porte le drip-tip à la bouche, active le Vamo, aspire... POUAH! Infâme gout de cramé! Mais c'était prévisible... Du coup, je règle la puissance du Vamo au minimum mais, pareil, dégueulasse!
Donc, je confirme, comme sur tous les montages d'origines des atomiseurs reconstructibles, il est nécessaire de pratiqué "un rodage" avant de commencer à vaper. Pour bien faire, il aurait fallu que je fasse rougir le couple mèche/résistance sous un briquet...

J'entreprends donc de construire mon propre couple mèche/résistance avec un reste de fibre et de Kanthal qui trainait au fond d'une boite. PariVape.fr en a ajouté dans l'enveloppe mais je préfére utiliser les miens pour avoir une base de comparaison en terme de rendu. Je règle ma résistance à 1,5 Ohms et n'oublie pas de rougir l'ensemble au briquet avant de le monter dans le Phoenix. J'imbibe la mèche de Turkisk, visse le Phoenix sur le Vamo re-réglé sur 9.5W et vape... Ah! Aucun goût de cramé, c'est déjà ça. Mais le rendu n'est pas au rendez-vous. C'est fade, sans gout ni hit. Je décide d'utiliser le Phoenix toute la journée pour voir si le rendu se bonifie sur la durée... Ben non, pas vraiment. Enfin... Un peu, c'est tout. Ceci dit, c'est peut-être mon montage qui n'est pas top.

Je ne me décourage pas et décide de construire deux couples mèche/résistance afin de les monter en dual-coil mais, ce coup-ci, avec la fibre et le Kanthal que m'a donné PariVape.fr. Problème! Je n'arrive pas à régler correctement mes résistances à 1,5 Ohms. Je ne sais pas faire des spires suffisamment proches les unes des autres pour minimiser leur volume et, soit mon montage ne rentre pas dans le Phoenix, soit je descends en dessous de 1 ohm. Après plus d'une heure à m'exciter dessus j'abandonne.

Phoenix DRY

Conclusion

Le Phoenix DRY ne m'a pas satisfait. Mais principalement parce que je ne suis pas assez minutieux lors de la fabrication des mes couples mèche/résistance. Mes gros doigts et mes yeux "de vieux" ne m'ont pas donnés l'occasion de tester cet atomiseur comme je l'aurais voulu. Sinon l'objet laisse plein de perspectives de montages. Il faut juste dominer la manipulation du Kanthal un peu mieux que moi... 🙂 Ceci dit, si vous voulez tenter l'expérience du reconstructible à moindre coût, n'hésistez pas!

Les plus :

  1. Le prix de l'atomiseur (moins de 10€ à l'heure où j'écris ces lignes).
  2. Le prix des consommables (mèche et résistance) reste inférieurs au prix des atomiseurs "tout fait".
  3. La fabrication tout inox.
  4. L'harmonisation parfaite avec les batteries eGo.
  5. L'accès au système de fixation de la résistance : Il y a plus de place que dans certains autres reconstructibles.

Les moins :

  1. Le système de fixation de la résistance : Les vis sont petites et, même si je n'ai rien cassé, le tout n'a pas l'air très solide.
  2. L'accès au système de fixation de la résistance : La place laisse espérer un montage en dual-coil mais ce n'est pas si évident en pratique.
  3. Le drip-tip en plastique noir. Un drip-tip inox donnerait un look plus sympa.

Acheter un Phoenix DRY :

1er ordinateur en 1984, 1ère expérience Web en 1994, contributeur Wikipedia & OpenStreetMap, Google Local Guide niveau 7, photographe amateur, gamer, vapoteur convaincu.

← Article suivant

Article précédent →

7 Comments

  1. Merci pour ce test 🙂
    Dommage qu’aucune config ne te convienne, je l’utilise assez souvent et l’apprécie avec diverses résistances.

  2. Oups, pardon pour l’ajout (je viens de regarder ta photo de l’intérieur de l’ato) mais il est préférable de faire remonter le centre de la résistance quelques milimètres plus haut afin qu’elle soit au niveau de l’évent.
    Un rendu avec + de hit et de vapeur consiste à mettre la résistance d’un seul côté des plots puis de centrer le trou bien en face.

    Si tu connais un vapoteur avec de bons yeux, fais lui essayer ^^

    • Cette photo montre le montage d’origine. Mais ok, je note l’astuce.
      De toutes façon je ne comptais pas rester sur un échec et réessayer de faire un résistance correcte plus tard…

  3. Salut ami blogueur!
    Je ne connaissais pas ton blog, je l’ai repéré sur les liens de Parivape.
    J’utilise aussi le Phoenix et il me sert maintenant plus à tester des liquides durant les soirées vapéros.
    Lorsque l’on met trop de liquide : aucune vapeur, pas de gout …
    IL faut mettre juste 8 à 10 gouttes et je trouve qu’il restitue bien les arômes, c’est vrai que le hit laisse parfois à désirer, mais c’est un bon ato dry tout de même.
    Bref, il est mieux que l’Eternity qui fuit de partout une fois qu’on change les resistances d’origine.
    Je pense que les Cisco sont le top en dry d’après ce que j’ai lu, il faudra que j’essaie ça.
    Tes photos sont super belles, ca rend classe sur fond noir!
    a+
    Dany

  4. Mister Smoke

    Intéressant, mais c’est difficile à voir sur un fond noir.

  5. Elodie

    Arrêter de fumer est une véritable épreuve. Le tout est d’être bien conseillé et de prendre un bon départ. Cet article vous fournira peut-être une aide précieuse :
    http://www.breizh-e-cig.fr/article-12–arr%C3%AAter-la-cigarette.html
    Bon courage.

  6. Je suis d’accord sur la couleur du drip-tip il faudrait un peu changer à ce niveau la car tous ceux que je vois sont en plastique noir… Sinon je trouve un peu dommage que la boutique qui t’ai fourni cette e-cigarette ne propose pas de e-liquides…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up